• Accueil
  • > Actu
  • > Un autre point de vu. La Belgique n’est pas près d’éclater

Un autre point de vu. La Belgique n’est pas près d’éclater

14 juin 2010


imagesca02cskx.1276519906.jpgExcusez cette incursion dans la politique belge, mais je ne peux pas laisser dire et écrire un ramassis d’inexactitudes sur les élections belges.Il est temps de remettre les pendules à l’heure : je comprends que les Européens, et même les Belges, soient perdus face aux commentaires dramatisants des medias et des leaders politiques. On annonce la mort de la Belgique et de sa monarchie. Ils ignorent  la réalité de ces élections et des mécanismes institutionnels belges. Au vu des manchettes, tout se passe comme si le leader du parti flamand Bart de Wever avait le pouvoir de faire éclater le pays. Rien n’est moins vrai, et il le reconnait : il a recueilli 30% des voix en pays flamand. A contrario, 70% des flamands ne l’ont pas suivi dans le séparatisme. De surcroit un parti flamand extrémiste a perdu presque toute influence.  Au niveau des sièges il a 27 sièges alors que le Parti socialiste wallon en a 26. Chacun d’eux a moins de 20% des sièges du Parlement.  Bref, quelles que soient ses idées, il ne peut les imposer.De surcroit, l’homme ne correspond pas du tout à l’image brutale et primaire que l’on voudrait donner de lui : il est intelligent, manœuvrier, et ses discours sont beaucoup plus alarmants que ses actions. Depuis son élection, il s’est même permis le luxe de faire une ouverture en direction d’une situation que tous les parlementaires flamands avaient refusée avant lui : un premier ministre francophone. Ce serait la première fois depuis 40 ans.Il y a quelque chose de salutaire à voir enfin le tabou du séparatisme belge ouvertement levé. La réalité institutionnelle de la Belgique est telle que rien ne peut se faire sans un accord entre les communautés linguistiques. Le fait est donc qu’il faudra une négociation pour arriver a une redéfinition du cadre fédéral belge.Elio di Rupo, le President du parti socialiste wallon s’est montré à la fois victorieux et respectueux des résultats des urnes. Il a de sérieuses chances d’être Premier Ministre. Cette élection pourrait bien être l’occasion de regarder la réalité en face et de définir ce que les Belges souhaitent encore avoir en commun : je suis convaincu que cet inventaire est plus important que les discours séparatistes pourraient le faire croire. Pour le reste, les réalités régionales sont déjà bien ancrées. Et la gestion de la dette publique devrait etre une priorite. En tout état de cause, ce n’est pas la fin du pays. C’est une vraie opportunité historique de sortir des ambigüités qui ont empoisonne la vie politique belge. Cela pourrait même être un occasion d’économies a travers la rationalisation les des dix provinces, trois parlements, trois gouvernements, deux communautés et trois régions…pour 10 millions d’habitants.

~@Le Monde.fr

Cet article a été publié le Samedi 19 juin 2010 à 9:37 et est catégorisé sous Actu. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le Flux des commentaires. Vous pouvez laisser un commentaire. Les trackbacks sont fermés.

Laisser un commentaire


robertini1111 |
Le Polisario une PMC Algéri... |
SUD-RAIL SECTION ETMP TOUL... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le journaliste ahmed yahla ...
| - THE ARBITER BLOG -
| actuplus